Tristesse

 

Dans mon crâne s’agitent des vapeurs,

Des idées et des hallucinations étranges.

Une impression que des esprits, à l’intérieur

Du casque, ribote sur mon âme et le mange.

 

Ils prennent des formes légères et galantes ;

Mais le plus souvent ce sont des formes sexuelles,

Qui me paraissent si laides, si repoussantes…

Comme boire la félicité menstruelle !

 

Malgré cela je succombe aux tentations…

Las et vidé, au milieu de temps de souffrances,

Éternelle et vague, et m’inspire dans l’action :

 

Des espoirs découpés, ainsi qu’une jeunesse

Torturée, profanée de son identité.

Voici mon égoïsme et voici ma tristesse !

 

David Berton