Tribune de David Berton : Non, à l’intervention impérialiste en Syrie !

Nous subissons depuis près d’un an une véritable entreprise de diabolisation et de désinformation concernant la Syrie ; il est vital de rétablir la vérité.

Tout d’abord, analysons les démarches de guerre des puissances occidentales :

1 : Les « démocraties occidentales » légitiment leurs guerres par une série de « médiasmensonges » (1) ; nous faisant profiter de la novlangue la plus hypocrite : intervention dite « humanitaire » ou « préventive » pour installer les sacro-saints dogmes des droits de l’homme, de la « démocratie » et du libre-échangisme intégral « made in » U.S.A.

2 : La propagande de la peur est une étape décisive ; comme hier en Irak, en Afghanistan et en Libye, les « médiasmensonges » nous abreuvent de prétendus génocides et tortures, et de menaces d’armes chimiques ou nucléaires. Nous nous refusons d’oublier les mensonges concernant les soi-disant nourrissons assassinés dans leurs couveuses parSaddam Hussein dans un hôpital koweïtien (2), et que les médias ont complaisamment relayés (malgré la fausseté des sources) ou la pitoyable mise en scène de Colin Powell au conseil de sécurité des nations unies, qui affirmait -fiole à la main- qu’« il ne fait aucun doute que Saddam Hussein possède des armes biologiques et la capacité d’en produire rapidement plus, beaucoup plus ». Il finissait sa phrase par : « aucun doute dans mon esprit que Saddam travaille pour obtenir des composants clefs pour produire des armes nucléaires. » (3)

Cette citation de Shakespeare est plus que d’actualité : « Le monde entier est un théâtre, Et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. » Cette citation prend ici un sens nouveau, et nous remarquons que la farce accroche avec ironie et pertinence certains enjeux de l’époque.

Nous savons aujourd’hui que tout cela était faux. Après l’invasion de l’Irak, aucune arme n’a été retrouvée. Hans Blix, alors responsable des inspecteurs envoyés en Irak le vingt-sept novembre deux mille deux ne put confirmer la présence ou la construction d’armes nucléaires ou chimiques ; de plus, il ajoutait que depuis mille neuf cent quatre-vingt-onze, plus aucun programme du type n’était en activité en Irak. (4)

Nous n’oublions pas les tromperies et leurs instigateurs !

Nous n’oublions pas les mensonges sur la Libye et sur Kadhafi !

Nous n’oublions pas le rôle actif de Bernard Henri Levy, et ses mains déjà rouge du sang serbe et libyen !

Aujourd’hui, il est vital de décrypter les mensonges et les manipulations de l’empire atlantiste. Les arguments utilisés pour une intervention sur la Syrie sont exactement les mêmes que pour l’Irak et la Libye… Devons-nous croire à nouveau ces menteurs chroniques ?

Pour Carla Del Ponte : « Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles ont utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin » (5)

Nous devons rompre avec ce « devoir d’ingérence » qui cache sa véritable identité : un néocolonialisme impérial.

Vive la Syrie !

Vive les peuples libres et indépendants !

 

1 : référence développée dans le livre de Michel Collon : Libye, Otan et médiamensonges ;

2 :http://www.reopen911.info/News/2012/06/18/propagande-des-couveuses-en-irak-aux-massacres-en-syrie/ ;

3 : Citation du discours de Colin Powell au conseil de sécurité des nations unis ;

4 : Résultat de la commission dans le cadre de la résolution 1441 du conseil de sécurité des nations unis ;

5 :http://mobile.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/06/les-rebelles-syriens-ont-utilise-du-gaz-sarin-selon-carla-del-ponte_3171289_3218.html