L’armée, l’école des hommes (chant la strasbourgeoise, en bas à droite de l’image d’en tête, 😉 à la deuxième section) !

Je vécus 19 jours aux écoles militaires de Draguignan pour une Préparation Militaire Supérieure (PMS). Une expérience, que naguère, tous les hommes vivaient : le service des jeunes hommes à la guerre, à Mars, pour la patrie ! Un apprentissage complet me fut prodigué : montage d’une bombe (chaîne pyrotechnique simple), transmission, NRBC, maîtrise théorique et pratique du FAMAS, tir tactique, cartographie, discipline militaire, déplacement tactique, pédagogie, etc.

J’entendis de la bouche d’un officier fier et assuré de ses forces : «L’armée française, ce sont des lions dirigés par des ânes.» Cet esprit, allait être en substance, l’âme de ces 17 jours.

C’est dans l’armée française, l’armée des rustiques, une armée que même un traité de défaite n’aurait jamais aussi réduite (moins 100 000 hommes), mais que l’usure des banques et la castration par les politiques d’austérité européennes se chargèrent, pas d’autres procédés. Une armée habitée d’un passé prestigieux, mais qui n’a guère plus que des bottes à cirer, des épaves motorisés et marins à parader, ainsi que des souvenirs à partager.

Néanmoins, l’armée française reste un dernier rempart et l’un des derniers espoirs pour un redressement national – Bonaparte, Boulanger, de Gaulle, comment se nommera le général du prochain éveil français ?