François Fillon, un nouveau mirage pour la droite nationale ?

J’entends de ci, de là, des éloges sur le nouveau héros de la « droite » française, Fillon, le nouvel espoir, le Trump français, le casseur de lignes, le plus national, traditionnel et catho, de la belle et grande famille républicaine…

Qu’en est-il ?

François Fillon, c’est un bilan de Premier Ministre : 1 million d’immigrés en 5 ans (et combien d’illégaux ? ) ; La trahison du traité de Lisbonne et la soumission totale à l’Union Européenne et ses traités ; L’ignoble guerre en Libye, la guerre civile toujours en cour et le développement de Daesh dans la région ; 12 500 postes de policiers et de gendarmes supprimés ; l’acceptation des migrants et le devoir d’accueil ; la désindustrialisation, etc…

Pourquoi ne pas croire à l’illusion filloniste ?

François Fillon, c’est l’homme politique qui jusqu’à récemment défendait une ligne différente et qui moins d’un an avant l’élection présidentielle, infléchit son programme pour attirer le vote populaire et traditionnel de la droite nationale. Cela ne vous rappel pas un certain Nicolas Sarkozy en 2007, en 2012, en 2016 ?

Pourquoi son programme ne peut-être qu’une amère déception ?

François Fillon ne peut rien faire, dans ses promesses fondamentales, s’il ne remet pas en cause les traités européens et la construction fédérale européenne – ce qu’il refuse de faire, d’un point de vue programmatique.

En substance : Made in France ? Interdit par les traités ! Réguler l’immigration ? Interdit par les traités ! Réindustrialisation, donc protectionnisme et politique stratège de l’Etat ? Interdit par les traités ! Abroger le mariage pour tous et le détricotage des mœurs traditionnels ? La Cour européenne des droits de l’homme empêchera de fait toutes réformes, étant donné que les traités la considèrent comme l’instance suprême de justice pour les Etats – et la CEDH n’agit pas uniquement sur la question du mariage pour tous et de l’adoption, mais bien sur tout ce qui favorise l’individu contre toutes formes de traditions et de projets collectifs.

En conclusion : je voterai pour une candidate. Une candidate qui  maintient la même ligne depuis le début et qui ne change pas au grès des tendances électorales. Une candidate qui a un programme cohérent sur la mise en oeuvre d’une politique nationale et ses aboutissants : la liberté de l’Etat, donc l’abrogation des traités européens.