Epiphaneia

 

Ô apparition, ô douce Epiphaneia,

Pourquoi non-être n’es-tu point là ?

Soudain, des éclairs épileptiques

M’atteignent ! À travers la vision

D’un univers apocalyptique,

Je vis la possible rédemption

De notre destruction imminente.

Je vis aussi toute la souffrance

De l’Homme perdu. Sa mort est lente :

C’est le châtiment de l’ignorance.

 

Ô apparition, ô douce Epiphaneia,

Pourquoi non-être n’es-tu point là ?

Dans mes yeux l’humanité ribote,

Et c’est tout un saccage sanglant

d’hommes lourd, de femmes idiotes.

Un festin de sexes cuits, de sang et d’enfants

Torturés, crus, sacrifiés sur l’autel des dieux.

Idoles des sens : démons. Sans révélation,

Ces êtres créés nous pousse à être Dieu

Et à nier la divine révélation.

 

David Berton

2012